AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 2. Premiers pas dans le monde des Jedis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maitre Arguei
Maitre du Conseil
Maitre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 22574
Age : 30
Date d'inscription : 10/06/2006

Feuille de personnage

Nom: Vincent Valentine

Jauge de vie:
45/60  (45/60)

Jauge de force:
2/10  (2/10)

MessageSujet: 2. Premiers pas dans le monde des Jedis   Ven 4 Jan - 19:17

Ils n’arrivèrent en vue de l’académie qu’une heure après. Elle se trouvait au milieu d’une gigantesque forêt, se dressant là comme une immense montagne. C’était un grand dôme bleu avec des reflets dorés. Un cercle argenté l’entourait. Un peu plus loin dans la forêt, une grande tour penchée se dressait au milieu des arbres. De toute évidence, elle faisait partie du bâtiment principal, mais son utilité était encore inconnue pour les enfants. Tout l’édifice étincelait sous un soleil rougeoyant.

Le vaisseau commença alors sa manœuvre d’atterrissage. Une fois à l’arrêt, la voix du commandant se fit entendre dans les hauts parleurs :
- Nous sommes arrivés à l’Académie de Tréno. J’espère que vous avez fait un bon voyage. Veuillez rejoindre le hall de l’Ebawn. Vos bagages vous seront apportés dans vos dortoirs.
Yuna, Tifa et Arguei se levèrent pour sortir du compartiment.Ils s’intégrèrent alors dans le flux d’enfants qui se pressait pour sortir. Le couloir était très bruyant, mais le hall l’était encore plus car les voix résonnaient d’une manière impressionnante.Petit à petit, tout le monde sortait du vaisseau guidé par le vieil homme chauve et le commandant, chacun prenant un groupe pour mieux guider les nouveaux étudiants.
- Suivez nous, dit le commandant Cid. Nous allons vous conduire à l’entrée de l’Académie et vous expliquer ce qui va se passer.
Les trois amis quittèrent à leur tour le hall de l’Ebawn et se retrouvèrent sur une pelouse magnifiquement verte. Deux rangées d’arbres inconnus formaient le chemin au bout duquel on pouvait voir l’Académie. Ils allèrent dans le groupe de Cid. Tifa s’avança alors vers le commandant et lui dit :
- Bonjour commandant, comment allez vous ?
- Tiens, mais c’est la petite Tifa, remarqua Cid. Je ne savais pas que vous rentriez si tôt à l’Académie. Je me rappel encore quand je vous tenais dans mes bras alors que vous n’aviez que 4 ans.
Tifa se mit à rougir et cacha son visage dans ses cheveux pour ne pas que les autres s’en rendent compte.
- Bon, reprit le commandant, c’est pas tout ça, mais on a un horaire à respecter, et si vous ne voulez pas manger trop tard, nous devons nous dépêcher.
Il conduisit alors les enfants le long de l’allée. Ils étaient tous émerveillés par ce spectacle qui s’offrait à leurs yeux, la plupart n’ayant connu que les rues polluées des grandes villes. Ils finirent enfin par arriver à l’entrée de l’Académie. Ils passèrent sous un grand porche en or et débouchèrent dans le hall. Au passage, ils croisèrent un grand homme, assez jeune, avec les cheveux châtains et le regard plein de sagesse et d’amusement qui regardait les nouveaux étudiants passer.
- Bonjour professeur Kyoshiro, lança Cid.
L’homme s’arrêta alors et se tourna vers le Commandant.
- Salut Cid. Alors c’est ça les nouveaux ? Il parait qu’il y aurait déjà quelques génies parmi eux. Je suis impatient ce commencer les cours.
Sans attendre que le commandant lui réponde, il repartit et se dirigea vers ce qui semblait être une salle de réunion où de nombreux autres adultes attendaient. Il referma la porte derrière lui. Cid reprit :
- Vous voilà donc dans la plus prestigieuse des Académies de l’univers. Vous y passerez en tout 8 ans durant lesquels vous suivrez une formation suivant les spécialités que vous choisirez. Bon, vous devez avoir très faim, mais avant de manger, le directeur va vous faire un petit discours de bienvenue. Suivez-moi.
Il les emmena alors dans une grande salle, parallèle à celle où venait de rentrer le professeur Kyoshiro. Des bancs étaient disposés en ligne devant une estrade où une dizaine de chaises étaient posées. Les enfants s’assirent et Arguei, Tifa et Yuna se mirent au premier rang pour ne rien rater. Le groupe de Barret arriva quelques minutes après, et quand tout le monde fut enfin installé, les adultes qui se trouvaient avant dans la salle de réunion, entrèrent par une petite porte qui se situait derrière l’estrade. Le premier qui apparut devait avoir dans les 50 ans, il avait cependant les cheveux blancs et étrangement, la même expression que le professeur Kyoshiro, mais il était beaucoup plus vieux.
- C’est mon père, expliqua Tifa à Arguei.
Juste après, le professeur Kyoshiro entra, suivit par quelques autres personnes qui semblaient être eux aussi professeurs.
Tous s’assirent, le père de Tifa au centre, Kyoshiro à sa droite et Cid à sa gauche. Arguei observa attentivement les personnes qui se présentaient devant lui. Au bout d’un moment, l’homme au centre se leva et se plaça devant le pupitre qui se trouvait au bord de l’estrade.
- Bonjour à toutes et à tous. Pour ceux qui ne me connaissent pas encore (il lança un clin d’œil à sa fille en lui faisant un sourire), je suis le professeur Gaïa, directeur de cette Académie depuis plusieurs années déjà.
Il y eu une salve d’applaudissement. Gaïa attendit quelques instants que ça se calme et reprit :
- Si vous êtes ici aujourd’hui, c’est que vous avez fait preuve d’un grand courage, ou alors que vous avez manifesté des facilités dans l’utilisation de pouvoir qui vous sont encore inconnus. Etre ici est un honneur qui n’est pas donné à tout le monde, et j’espère que vous en êtes conscient. Lors de la semaine qui va suivre, vous allez être divisés en fonction de la spécialité dans laquelle vous avait le plus de facilité. Elles sont au nombre de 4 : les Arts Médicaux, l’Invocation, la Maîtrise de la Force et les Arts de Combat. Les cours que vous suivrez seront principalement basés sur votre spécialité, mais vous aurez en plus des cours des autres Spécialités afin de vous donner les bases pour vous débrouiller en mission. Après six mois, vous passerez un examen pour savoir si vous pouvez passer au niveau supérieur. Si vous réussissez, vous serez répartis en groupe de quatre sous la responsabilité d’un Maître avec qui vous ferez de petites missions afin de vous apprendre à travailler en équipe. Bien entendu, plus le temps passera, et plus les examens seront difficiles, mais ceux qui arriveront à la fin des 8 ans seront considérés comme l’élite de l’élite. Inutile de dire que moins de la moitié d’entre vous parviendront à atteindre ce niveau. Pour parler de quelque chose de plus réjouissant : cette année, nous avons décidé d’organiser des matchs de blitz ball…
A peine eut-il fini sa phrase que les enfants se levèrent et se mirent à applaudir la nouvelle. Arguei lui ne comprenait pas pourquoi cette nouvelle provoquait de telles réactions, il n’avait jamais aimé le sport et n’avait jamais assisté à un match de sa vie. Même Tifa s’était levé et applaudissait avec les autres. Quand le silence fut revenu, Gaïa continua :- Je disais donc, que cette année, nous avons décidé d’organiser des matchs de blitz ball… Il y aura en tout quatre équipes venant des quatre grandes Académies : Tréno, Limblum, Dali, Rabanastre. Les équipes ne sont pas encore constituées, donc tout le monde peut tenter sa chance. Si vous souhaitez y participer, contacter Monsieur Cid qui est le responsable du Blitz ball.
En disant cela, il montra le commandant Cid avec sa main droite. Il reprit :
- Vous êtes nouveau, donc vous aurez du mal à vous repérer dans l’Académie, c’est pourquoi, nous allons vous donner un plan. Ce plan a été transféré dans vos PDA.
Arguei se tourna vers Tifa, et lui demanda inquiet :
- Je n’ai pas de PDA. Comment je vais faire ?
- Ne t’inquiète pas, répondit la jeune fille, je n’en ai pas non, plus, c’est eux qui vont nous les donner, ils en donnent à chaque nouvel élève.
Pendant ce temps, Gaïa continuait ses explications :
- Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est un PDA, il s’agit d’un petit ordinateur personnel qui vous servira à accéder à certaines sections de l’Académie, mais aussi à emprunter des livres à la bibliothèque. Vous y stockerez les données que vous souhaitez, ainsi que le plan de l’Académie et votre emploie du temps. Chaque PDA est personnel et contient vos informations privées. En cas de problèmes, il nous permettra de vous identifier. Nous allons vous appeler un par un par ordre alphabétique, ce qui nous permettra de faire une première présentation et de vous remettre vos PDA.
Comme toujours dans ce genre d’appel, Arguei allait sûrement être appelé en premier, ce qu’il détestait par-dessus tout. A peine eut-il cette pensée, qu’il entendit Gaïa l’appeler. Il se leva alors et alla se placer devant le directeur qui était descendu de l’estrade pour mieux accueillir les enfants. A côté de lui, on avait apporté une table sur lesquels étaient posés les PDA. Gaïa attrapa l’un d’eux qui portait l’étiquette avec le nom d’Arguei et lui tendit :
- Tiens mon garçon, et bienvenue à l’Académie.
Il lui tendit alors la main pour la lui serrer. Arguei l’attrapa et dès qu’il rentra en contacte avec la main du directeur, il sentit comme une espèce de décharge. Pendant un moment il pensa que Gaïa lui avait fait une blague, qu’il avait dans la paume de la main un de ces jouets qu’utilisaient les enfants pour donner une petite décharge quand on leur serrait la main, mais il se rendit vite compte que ce n’était pas le cas. Pendant quelques secondes, le directeur le regarda dans les yeux, comme si il lisait dans son esprit. Ces yeux étaient d’un bleu très clair, et son regard était figé dans une expression de surprise. Il lâcha alors la main d’Arguei qui retourna s’assoir en repensant à ce qui venait de se passer. Il n’avait même pas prêté attention au PDA qu’il avait dans la main, et il remarqua à peine Séphiros se lever de derrière lui pour se mettre devant le directeur. Celui-ci lui serra la main, mais la relâcha immédiatement. Sans rien attendre de plus, Séphiros retourna s’asseoir, ne faisant même pas attention au regard que lui jetait le directeur. Il reprit alors l’appel.
Vingt minutes plus tard, Gaïa appela Tifa. En entendant le nom de son amie, Arguei sortit de ses pensées. La jeune fille se leva et alla se mettre devant son père. En la voyant, Kyoshiro lui lança un clin d’œil amical, comme si ils se connaissaient depuis longtemps. En lui donnant son PDA, Gaïa embrassa sa fille avec tendresse sur la joue. Cela parut déplaire à Tifa qui se recula d’un pas. De toute évidence, elle ne voulait pas que tout le monde sache que son père était le directeur. Elle retourna vite s’asseoir à sa place. Enfin, le dernier nom que Gaïa appela fut celui de Yuna. Dès qu’elle l’entendit, elle se leva, et alla chercher son PDA avant de retourner à sa place. Gaïa reprit :
­- Bon, maintenant que c’est réglé, il me reste encore quelques petits trucs à vous expliquer avant que vous puissiez enfin aller manger. En ce qui concerne les chambres, vous serez répartis par deux. L’emplacement de votre chambre est indiqué sur vos ordinateurs. Sauf en cas de raison valable, vous ne pourrez pas changer de chambre, et vous conserverez les même jusqu’à votre départ de l’académie. Voilà voilà, je pense vous avoir tout dit. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser aux différents professeurs ou aux élèves plus expérimentés qui seront, j’en suis sûr, ravis de vous aider. Sur ce, bon repas à tous et passez une bonne nuit. Profitez en bien, rajouta-t-il d’un ton rieur.Il sortit alors de la pièce par la porte de derrière suivit par les autres professeurs.


Dernière édition par Maitre Arguei le Lun 9 Juin - 23:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forum-du-cid.com
Maitre Arguei
Maitre du Conseil
Maitre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 22574
Age : 30
Date d'inscription : 10/06/2006

Feuille de personnage

Nom: Vincent Valentine

Jauge de vie:
45/60  (45/60)

Jauge de force:
2/10  (2/10)

MessageSujet: Re: 2. Premiers pas dans le monde des Jedis   Ven 4 Jan - 19:20

Aucun des enfants ne bougeait, ne sachant pas ce qu’ils devaient faire à présent. Cid et Barret étaient restés. Le commandant dit alors :
- Bon, vu que c’est votre premier soir, on va encore vous servir de guide pour vous conduire à la cantine de l’Académie. Ensuite, vous irez dans vos chambres pour ranger vos affaires et faire connaissance avec vos colocataires. Suivez nous.

Les deux hommes passèrent entre les rangées de bancs et sortirent de la salle de conférence. Rapidement, une longue file d’élèves les suivit. En passant une nouvelle fois dans le hall de l’Académie, et avec le stress en moins, Arguei eut tout le plaisir d’apprécier la conception de celui-ci. Ils étaient au centre du dôme de l’Académie. La vaste pièce était circulaire, et de nombreuses peintures en tout genre étaient accrochées aux murs. Au centre se trouvait une grande fontaine qui déversait de l’eau dans un grand bassin recouvert de végétation aquatique qui rendait la pièce très agréable. Tout autour de la fontaine, de nombreux bancs étaient disposés pour permettre aux élèves de se reposer entre deux cours et de profiter de l’air frais qu’apportait l’écoulement de l’eau. Au centre de cette fontaine se trouvait une gigantesque statue représentant deux hommes dos à dos, sabres à la main en position de combat. Entre deux bancs, on pouvait lire sur une plaque de bronze :

« En l’honneur de leur courage et de leur grande force, cette statue à été dressé.

Deux frères. Deux Maîtres. Deux forces de la nature : Maitre Gaïa et Maitre Kyoshiro.

Longue vie aux Fondateurs de cette prestigieuse Académie. »


- Ils ont l’air puissant, fit remarquer Arguei quand il passa devant les statues.
- Ce sont les Jedis les plus puissants de cette galaxie. Enfin, il parait, dit Tifa avec une grande fierté.


Ils arrivèrent de l’autre côté du hall et montèrent un grand escalier qui les menait au premier étage. Là, il y avait un long balcon qui faisait tout le tour de l’Académie donnant sur des portes et d’autres escaliers. Ils purent mieux voir les statues qui se trouvaient à présent à leur hauteur. Ils marchèrent encore quelques mètres et les deux hommes qui les guidaient les firent entrer dans une grande salle carrée dans laquelle se trouvaient de nombreuses tables rondes. Sur le côté qui se trouvait à leur gauche, il y avait un long comptoir avec trois ou quatre personnes qui servaient les élèves plus vieux déjà installés sur de hautes chaises. Une serveuse faisait des allés et retour entre les tables et le comptoir pour servir les étudiants. Quand elle vit les nouvelles recrues entrer, elle poussa un soupir bruyant. De toute évidence, elle se doutait que ça n’allait pas être une partie de plaisir. La moitié de la cantine où se trouvait le bar était recouverte par un toit, mais l’autre moitié était ouverte sur l’extérieur et avait une magnifique vu qui donnait sur la forêt environnante. Une fois que tout le monde fut rentré, Barret prit la parole :
- Nous voici donc dans la cantine dans l’Académie. Comme vous pouvez le voir, il y a largement assez de place pour tout le monde, et vous pouvez même manger sous le soleil grâce à ce magnifique balcon qui tient la moitié de la cantine. Pour ma part, c’est l’endroit où je préfère manger, surtout quand il fait chaud et qu’on sent une petite brise nous rafraîchir. Bon, pour manger, c’est très simple, il vous suffit de vous asseoir à une table et quelqu’un viendra prendre votre commande. En fait, c’est comme un restaurant, ajouta-t-il en riant. Vous avez des menus à votre disposition sur chaque table.
- Bien, reprit Cid. C’est pas tout ça, mais si on mangeait un peu ? J’ai une de ces faims.


Il alla s’asseoir à l’une des tables sur le balcon. Personne n’osa bouger jusqu’à ce que Tifa face le premier pas, suivi par Yuna et Arguei. Tous trois s’installèrent sur une table à côté de celle de Barret et Cid. Arguei prit un menu et commença à le lire. Bientôt les autres élèves s’installèrent et les conversations reprirent. La serveuse vint à la table des trois amis :
- Bonjour. Je peux prendre votre commande ?
- Oui, répondit Tifa. Je vais prendre des … des ailes de coqs avec … une salade.
- Je prendrais la même chose, dit Yuna après avoir réfléchis.
- Et moi, un steak saignant avec des frites, s’il vous plait.


La serveuse repartit au bar. Heureusement pour elle, trois autres serveurs vinrent l’aider pour servir tout le monde. Pendant tout le repas, Tifa raconta sa vie, ce qui avait le don de lasser Yuna qui connaissait déjà toute la vie de son amie. Arguei écouta très attentivement, très curieux d’en apprendre le plus possible sur le père de la jeune fille, le directeur de l’Académie.
Une fois le repas fini, ils se séparèrent pour aller dans leurs chambres respectives. Yuna et Tifa étaient toutes les deux ensembles, mais Arguei, lui ne savait pas avec qui il allait tomber. Il espérait au fond de lui ne pas être dans la même chambre que le crétin arrogant qu’ils avaient rencontré auparavant. A peine eut-il cette pensée qu’il le croisa dans un des couloirs de l’Académie. Il rentrait dans la chambre numéro 128. "Une chance, pensa Arguei, ce n’est pas ma chambre". Il regarda son PDA pour voir dans quelle chambre il était, ne se rappelant plus exactement, et il se rendit alors compte que finalement, il était dans la même chambre que lui. Il retourna sur ses pas et entra dans la chambre 128. Séphiros était déjà en train de déballer ses affaires et de les ranger dans un des placards. La chambre comportait deux lits, deux tables de nuits, un bureau avec un ordinateur, une télé plasma accrochée au mur et une salle de bain avec des toilettes. Les lits étaient chacun d’un côté de la chambre, la tête contre la fenêtre. Les affaires d’Arguei étaient posées sur le lit de gauche. Quand Séphiros le vit entrer, il lui dit :
- Qu’est ce que tu fous là ringard ? Tu t’es perdu ?
- Non, riposta Arguei. Je suis hélas dans la même chambre que toi.
- Sur tous les minables de cette Académie, il a fallut que je tombe sur lui. Qu’ai-je dont fait pour mériter ça ? dit-il à voix haute sans se soucier d’Arguei.


Arguei ne voulant pas créer d’histoire dès son arrivée à Tréno fit comme si il n’avait rien entendu. Il alla prendre ses affaires pour les ranger dans son armoire, mais Séphiros ne voulait pas en rester là.
­- Bon, écoute, reprit-il. Regarde bien, on va dire qu’il y a une ligne imaginaire – il fit un signe avec la main pour montrer qu’il séparait la chambre en deux – si jamais tu l’as dépasse, ce sera ta fête, crois moi.

Il avait à peine fait attention à ce que disait Séphiros. Il s’installa sur son lit et commença à regarder son PDA. Il y avait beaucoup de fonctions très utiles. La première chose qu’Arguei regarda fut son emploie du temps de la journée de demain. Il était vide. Juste un petit commentaire était écrit en bas : « Les quatre premiers jours seront réservés aux révisions. Afin que vous puissiez passer les tests, vous devrez connaître un minimum de chose. La bibliothèque est à votre disposition, ainsi que les professeurs. »
- C’est quoi ce bordel ? dit Séphiros assis sur son lit. Je n’ai pas besoin d’apprendre moi. Je veux passer les tests sans attendre.

De toute évidence, il était lui aussi en train de regarder son emploie du temps."C’est vraiment un gros con, pensa Arguei." Quelques minutes plus tard, ils tombèrent tous deux de sommeil. Le lendemain matin, Arguei se leva en premier à son grand soulagement. Il essaya de ne pas faire de bruit pour éviter de réveiller l’autre. Il sortit dans le couloir et regarda son PDA pour voir où se trouvait la cantine. Il n’arrivait pas à se familiariser avec son nouvel environnement, heureusement, son PDA agissait comme un GPS et lui indiquait très clairement le chemin qu’il devait prendre. Il ne trouva personne dans les couloirs, tout le monde dormait encore. Il arriva dans la cantine et s’assit au comptoir. Une serveuse vint à sa rencontre.
- Tiens, tu es bien matinal toi, dit elle en lui tendant un menu.
- Oui, je ne dors pas beaucoup en général, répondit Arguei. Je prendrais un peu de tout, rajouta-t-il en rendant le menu.
- Tu es sur ? demanda la serveuse incrédule.
- Oui, oui, dit Arguei.


La serveuse s’en alla alors tout en marmonnant quelque chose d’incompréhensible. Elle revint cinq minutes plus tard avec un plateau plein de gâteaux, tartines et autres. Arguei avala tout en dix minutes et dit :
- Excusez-moi, vous pourriez me redonner la même chose s’il vous plait ?

La serveuse repartit une nouvelle fois et revint avec un plateau tout aussi chargé que le précédent. Les plats vides s’accumulèrent sur le comptoir autour d’Arguei. Une fois fini, la serveuse demanda un peu amusée :
- Tu en reveux ?
- Non, merci, répondit Arguei. Je n’ai pas très faim ce matin, je suis un peu stressé, c’est mon premier jour à l’Académie.


Elle le regarda bouche bée, les yeux écarquillés. A ce moment là, Yuna et Tifa entrèrent dans la cantine et s’installèrent de part et d’autre d’Arguei.
- Bonjour, dit Yuna. Tu as bien dormi ?
- Assez bien, répondit Arguei. Et vous.
- Très bien, dit Tifa. Et bien, c’est toi qui as mangé tout ça ?
- Oui, dit Arguei sans rien ajouter de plus.


Ils restèrent là à discuter pendant encore une heure le temps que les filles finissent leur petit déjeuné. Une fois terminé, tous trois sortirent de la cantine et allèrent s’asseoir dans le hall pour parler un peu de ce qu’ils devaient faire à présent.
- Comment pouvons nous passer des tests alors que nous n’avons encore rien appris ? demanda Arguei inquiet.
- Les tests ne sont pas très compliqués, expliqua Tifa. On doit juste aller lire quelques livres à la bibliothèque pour apprendre quelques bases. Je vous aiderais, mon père m’a déjà expliqué comment allaient se passer les tests, et il m’a appris ce que je devais savoir pour les réussir.
- Bon, et bien allons y, dit Yuna sans grande conviction en se levant.

Tifa et Arguei se levèrent à leur tour et se dirigèrent vers la bibliothèque. De nombreux autres élèves les avaient imités et ils eurent du mal à trouver des places libres. Par chance, ils finirent par trouver une table vide cachée dans le fond de la bibliothèque entre de hautes étagèrent sur lesquelles était rangée une multitude de livres sur le thème de "La faune et la flore de la galaxie du Centaure". Derrière cette table, une gigantesque baie vitrée s’ouvrait sur un grand lac qui n’avait pas vraiment l’air naturel.
- Cet endroit est parfait, s’exclama Yuna en enlevant la poussière qui s’était accumulée sur la table.
- Oui, approuva Tifa. On dirait que personne n’est venu ici depuis longtemps, on sera tranquille je pense.


Arguei alluma alors l’ordinateur qui se trouvait sur la table.
- Cool, il marche encore, dit-il. Cet endroit est super.

Ils s’installèrent et commencèrent à apprendre les bases sous les instructions de Tifa qui prenait un grand plaisir à montrer tout ce qu’elle savait, au grand désespoir des deux autres. Ils firent une pause vers midi pour aller manger et reprirent rapidement leurs révisions. Arguei regardait l’extérieur avec envie : il en avait déjà mare d’apprendre des tas et des tas de lignes expliquant comment manier un sabre, ou encore comment soigner les différentes blessures. Son regard fut alors attiré par une forme noire qui se dessinait sur la rive droite du lac.
- Regardez, dit Arguei. Ce ne serait pas le gros con qui était avec nous sur le toit de l’Ebawn et qui partage ma chambre ?
- Oui, on dirait bien, répondit Yuna en regardant sans grand intérêt.
- Mais qu’est ce qu’il fou là, il ferait mieux de travailler, il ne sera jamais prêt sinon, s’énerva Tifa.
- Il se croit tout puissant, dit Arguei en se rappelant ce qu’avait dit Séphiros dans la chambre. Remarque, ce ne serait pas trop mal s’il était renvoyé de l’Académie.


Ils virent alors quelque chose qui les intrigua à la surface du lac. Un phénomène étrange était en train de se produire : les eaux du lac tourbillonnaient dans le sens des aiguilles d’une montre.
- C’est quoi ce truc ? demanda Tifa.

Séphiros se retourna alors sentant qu’on l’observait. Quand il vit que les trois autres le regardaient, il partit en courant. Le tourbillon s’arrêta immédiatement.
Les enfants passèrent le reste de la journée à essayer de trouver une explication logique au tourbillonnement du lac oubliant leurs révisions. Ils ne voulaient pas croire que Séphiros soit capable de créer un tel phénomène. Ils restèrent là plusieurs heures jusqu’à ce qu’ils se rendent compte que le jour était en train de tomber.
- Il est déjà si tard ? s’étonna Yuna.
- Je n’ai pas vu le temps passer, dit Tifa en s’étirant. Nous avons pris un peu de retard. Nous travaillerons plus demain.


Arguei et Yuna soupirèrent en même temps. Tifa fit mine de n’avoir rien remarqué pour éviter de leur faire une réflexion désagréable. Ils quittèrent alors la bibliothèque qui était déjà presque vide et se rendirent dans la cantine pour prendre leur repas. Là, ils retrouvèrent Séphiros assit seul à une table. Arguei poussa les filles à l’autre bout de la salle et ils s’installèrent sur la terrasse. Séphiros partit peu de temps après au grand soulagement d’Arguei qui pensait qu’il serait sûrement endormi au moment où il se rendrait lui-même dans sa chambre. Après avoir prit un bon repas, ils se séparèrent et retournèrent à leurs chambres respectives. Arguei resta quelques minutes devant la porte de sa chambre, il ne voulait pas encore rencontrer Séphiros. Il se décida enfin à rentrer et s’aperçut avec grand soulagement qu’il n’y avait personne. La pièce était plongée dans la pénombre. Il ne perdit pas une minute et se prépara pour aller se coucher. Une fois au lit, il s’endormit directement fatigué par tous les livres qu’ils avaient dû lire toute cette journée. Son sommeil était tellement profond qu’il n’entendit même pas Séphiros rentrer trois heures plus tard.
Les trois autres jours se passèrent sans grands événements. Arguei se levait le premier tous les matins, bien avant Séphiros et se rendait à la cantine où il attendait les filles pour prendre le petit déjeuné. Après, ils se rendaient directement à la bibliothèque où ils s’installaient à la même table que le premier jour. Personne ne venait jamais les y déranger. Tifa leur apprenait tout ce qu’elle savait et ils lurent de nombreux livres pour compléter ses enseignements. Ils ne sortaient de là que pour manger et aller se coucher. Quand il arrivait à sa chambre le soir venu, Arguei la trouvait toujours vide, mais il ne s’en plaignait pas.
Le dernier jour avant le début des examens, les trois amis passèrent plus de temps à la bibliothèque pour faire des rappels de dernière minute. Ils ne se rendirent pas compte du temps qui passait, si bien que quand l’horloge de l’Académie sonna les douze coups de minuit, ils sursautèrent.
- C’est déjà minuit ? s’étonna Tifa. Nous devrions être au lit depuis longtemps, on doit être en forme pour demain.
- Je ne me sens pas assez prête, s’inquiéta Yuna.
- Moi non plus, ajouta Arguei. On ne peut pas rester une heure de plus.
- Vous n’apprendrez plus rien ce soir, ça ne servirait à rien de continuer à étudier. Allons nous coucher, trancha Tifa.


Ils durent alors se résigner à quitter la bibliothèque devant l’insistance de Tifa.


Dernière édition par Maitre Arguei le Lun 9 Juin - 23:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forum-du-cid.com
 
2. Premiers pas dans le monde des Jedis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» KEENAN ? dans ce monde où on a pas sa place, dis moi juste on va le temps qui passe
» L'ombre mortelle s'abat dans le monde matériel
» Nous vivons vraiment dans un monde de fou...
» Ventes consoles dans le monde (old gen)
» Classement ventes de consoles dans le monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du CID :: ~~ Zanarkand ~~ :: L'histoire du CID :: La Genèse du CID-
Sauter vers: