AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 1. Une arrivée mouvementée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maitre Arguei
Maitre du Conseil
Maitre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 22574
Age : 30
Date d'inscription : 10/06/2006

Feuille de personnage

Nom: Vincent Valentine

Jauge de vie:
45/60  (45/60)

Jauge de force:
2/10  (2/10)

MessageSujet: 1. Une arrivée mouvementée   Ven 4 Jan - 19:11

Il y a de cela fort longtemps, dans une galaxie lointaine, bien avant que le CID ne soit créé, une petite planète était le siège d’une académie prestigieuse : l’Académie du Tréno. Cette académie était tellement célèbre que tout le monde espérait y faire entrer son enfant pour qu’ils suivent un enseignement avec les plus puissant des Maîtres Jedi. Malheureusement, il était très difficile d’y entrer, et seuls quelques élus pouvaient accéder à l’académie.
C’était cependant le cas d’Arguei. Il avait été repéré par un recruteur quand il s’était battu contre des bandits qui voulaient lui voler son argent de poche. Pendant cette bataille, il avait, sans vraiment savoir comment, projeté ses adversaires contre un mur qui se trouvait à dix mètres de là. Ayant vu ça, le recruteur lui remit une lettre en lui disant :
- Tiens petit, prends ça, si tu acceptes de venir étudier à l’Académie de Tréno, tu pourras avoir un grand avenir.

Arguei prit l’enveloppe sans trop comprendre ce qui lui arrivait. A ce moment là, il ne se doutait pas qu’il allait devenir un puissant Jedi, ni qu’il rencontrerait à l’Académie de Tréno son plus grand ami, mais aussi son plus puissant ennemi. Il regarda un moment l’enveloppe, mais dès qu’il releva enfin la tête, l’homme avait déjà disparu.
Il rentra chez lui tout en ne quittant pas la lettre des yeux. Comme d’habitude, il n’y avait personne pour l’accueillir, ses parents travaillaient toujours très tard. Il s’allongea alors sur son lit, sans prendre la peine de manger, et ouvrit enfin l’enveloppe pour voir ce qui y était écris. Elle contenait une simple lettre manuscrite sur laquelle il put lire :

« Bonjour,

Si vous lisez cette lettre, c’est que vous avez l’immense honneur d’être accepté à l’Académie de Tréno.
L’Académie de Tréno a été construite il y a plusieurs siècles afin de former l’élite des Jedis. Vous avez manifesté un certain talent dans la maîtrise de la Force, et c’est pour cela que vous avez votre place dans cette Grande et Prestigieuse Ecole.
Votre initiation se passera sur 8 ans, 8 années durant lesquelles vous apprendrez à maîtriser la Force et le maniement du sabre.
Votre initiation se déroulant en internat, vous devrez apporter le nécessaire pour la vie de tous les jours. Toutes les fournitures vous seront fournies sur place.
Si après la lecture de cette lettre vous souhaitez intégrer l’Académie de Tréno, rendez vous le vendredi 13 Septembre à 8h30 à l’aérogare de Yanoc. Cette lettre vous servira de laissez-passer, il est donc nécessaire de l’avoir sur vous lors de l’embarquement.

Merci de votre lecture, en espérant vous voir bientôt parmi nous.

Le Directeur de l’Académie de Tréno,
Maitre Gaya. »


Arguei referma alors la lettre et se mit à réfléchir. Il devait y avoir une erreur, comment un gamin comme lui pourrait-il être un Jedi ? Il resta un moment à se poser toutes sortes de questions puis fini par s’endormir.
Le lendemain matin, quand il se réveilla, il se demandait s’il n’avait pas rêvé. Quand il revit la lettre qui était tombé par terre pendant qu’il dormait, il pensa : "Bon, ben, ça ne coûte rien d’y aller, on verra bien quand on y sera."
Il se leva alors et alla voir le calendrier qu’il avait accroché sur le mur qui faisait face à son lit : l’embarquement pour l’Académie de Tréno avait lieu le lendemain.
Toute cette journée passa très vite, et il ne vit pas le temps passer. Pendant tout ce temps, Arguei préparait ses affaires pour le grand départ. Quand le soir arriva, il avait préparé un gros sac à dos dans lequel il avait mis tout ce qu’il possédait.
Il prit un rapide repas et alla se coucher pour être frais et dispo le lendemain. Quand il se réveilla, il faisait encore nuit. Il mit sa cape de voyage, posa la lettre qu’il avait préparé pour dire à ses parents où il allait, et sortit de la maison avec son sac à l’épaule. Par chance, il trouva rapidement un chocopouss. Il lui fit signe, et le conducteur fit stopper son chocobo devant Arguei.
- Bonjour, petit. Où veux-tu aller ? demanda-t-il.
- Vous pouvez m’emmenez à l’aérogare de Yanoc s’il vous plait Monsieur ?
- Bien sûre. Attends, je vais mettre tes affaires derrière.


Le cocher descendit alors et prit les bagages d’Arguei, les déposants derrière le siège passager. Pendant ce temps, Arguei s’assit dans le chocopouss et observa avec envie le chocobo qui tirait la petite calèche. Il avait toujours rêvé de posséder son propre chocobo, mais ça coûtait trop cher. L’homme remonta alors à l’avant de l’attelage et fit claquer son fouet pour faire avancer le chocobo. Il était encore tôt, il avançait très vite, si bien qu’une demi heure après, il se retrouva devant l’entrée de la gare. Le cochet descendit alors les affaires d’Arguei et les monta sur les marches de l’aérogare.
- Voilà petit, bon voyage, dit-il.
- Merci Monsieur.


Il lui tendit alors quelques crédits pour payer le trajet qu’ils avaient parcouru. Il se retourna alors vers la gare pour lui faire face. C’était un de ces vieux monuments qui datent d’un âge extrêmement lointain. Elle avait été rénovée il y a quelques années pour lui permettre de recevoir des passagers et désengorger l’aérogare principale.
Arguei ne savait pas vraiment où aller. Il rentra alors dans l’aérogare pour demander des informations à l’accueil, portant toujours son sac sur son dos. Il arriva devant un comptoir derrière lequel se trouvait une jeune femme qui l’accueillit avec un grand sourire.
- Bonjour petit. Je peux t’aider ?
- Oui, je cherche le quai d’où part le vaisseau qui se rend à l’Académie de Tréno s’il vous plait.
- Alors c’est très simple, tu vas tout droit, et tu prends la première à droite, c’est le quai numéro 4.
- Merci Madame.


Arguei suivit alors les instructions de la jeune femme et se rendit au quai numéro 4. Ici, il vit un homme grand, et chauve. C’était celui qui lui avait donné la lettre deux jours avant. Quand il le vit arriver, le vieil homme lui dit :
- Je suis content que tu ais décidé de venir à l’Académie.
- Qui êtes-vous ? demanda Arguei.
- Je m’appel Georges Barret, je suis le responsable du recrutement des étudiants et de leur transport jusqu’à l’Académie. Allez, va te trouver une place dans l’Ebawn, normalement, tu pourras en trouver une bonne place, tu es l’un des premiers arrivés.
- L’Ebawn ? demanda Arguei sans comprendre.
- Oui, l’Ebawn, dit le vieil homme en montrant le vaisseau qui se tenait derrière lui. C’est le croiseur de l’Académie de Tréno. Il est principalement réservé au transport des élèves vers l’Académie.


Arguei resta bouche baie en voyant l’énorme vaisseau qui se dressait devant lui. Jamais auparavant il n’avait vu une telle merveille. Il ressemblait un peu aux grands vaisseaux de croisière, mais en beaucoup plus gros, et beaucoup plus luxueux. La coque brillait sous les trois soleils levants.
- Tu as la lettre que je t’ai donnée la dernière fois ? demanda l’homme chauve.
- Oui, bien sur, tenez.


Il attrapa la lettre que Arguei lui tendait et la lut pour vérifier que c’était la vraie. Puis il lui rendit et lui dit :
- Bon voyage, on se reverra sûrement plus tard.

Le jeune garçon s’avança alors sans perdre le vaisseau des yeux. Il arriva finalement devant une grande entrée où une hôtesse l’attendait.
- Bonjour, et bienvenue sur l’Ebawn. Tu y trouveras tout ce que tu veux. Profite bien du voyage.
- Combien de temps il faut pour rejoindre Tréno ? C’est loin d’ici ? demanda Arguei.
- Nous serons sur place dans l’après midi.


Arguei rentra alors dans le vaisseau et observa tout ce qui s’y trouvait. L’intérieur était tout aussi splendide que l’extérieur. Il se trouvait dans un grand hall. Au plafond, il pouvait voir un grand lustre en cristal qui illuminait toute la pièce. Il y avait plusieurs comptoirs de part et d’autre. On pouvait y acheter de quoi boire, manger, des bonbons, et de nombreuses autres choses diverses et variées. ¬Une femme s’avança alors vers lui :
- Bonjour, si tu veux bien me suivre, je vais te montrer les compartiments.

Il suivit la jeune femme qui le conduisit au bout du hall. Elle ouvrit la porte qui leur faisait face et ils se retrouvèrent dans un grand couloir bordé par des portes vitrées.
- Voilà, choisi où tu veux te placer. Je te conseil le côté gauche, c’est là qu’il y a la meilleure vue.

Arguei eu à peine le temps de la remercier que la jeune fille avait déjà disparut. Il s’avança alors et s’installa dans le premier compartiment vide qu’il trouva sur sa gauche. Il mit ses affaires sous la grande banquette et s’assit. Le compartiment était assez grand, et très luxueux. Il y avait deux banquettes qui se faisaient faces contre les murs, et une table au milieu. En regardant au dehors, Arguei vit d’autres enfants arriver, il y en avait de plus en plus. Certains venaient avec leurs parents, d’autres seuls comme lui. Son regard fut attiré par une jeune fille qui disait au revoir à ses parents. Elle pleurait, ne voulant pas les quitter. "Quelle est belle, pensa-t-il." Une autre fillette la rejoint. De toute évidence, elles se connaissaient très bien. Quand elle vit sa copine, la fille qui pleurait sauta dans ses bras pour l’accueillir. Elles finirent par rentrer toutes les deux dans le vaisseau, laissant leurs parents dehors tout en leur faisant de grands signes.
Très vite, il y eu une grande agitation dans le vaisseau. De nombreux enfants étaient arrivés et couraient partout, jouant au ballon dans le couloir, chantant pour certains, criant pour d’autres. Bientôt, deux personnes entrèrent dans son compartiment. C’étaient deux filles. Elles ne semblaient pas l’avoir vu. L’une avait de longs cheveux châtain foncés avec un œil vert comme l’émeraude et l’autre bleu. L’autre fille quand à elle avait les cheveux d’un noir de geai et les yeux marrons. Toutes deux avaient le même âge et la même taille qu’Arguei.
- Houla ! dit l’une d’elle. Qu’ils sont bruyants. Viens Yuna, posons nous ici, c’est plus calme.

En voyant Arguei, la jeune fille qui s’appelait Yuna s’arrêta. L’autre demanda alors :
- Excuse moi, ça ne te dérange pas qu’on vienne dans ce compartiment ?

Arguei, qui regardait Yuna avec admiration ne répondit pas tout de suite. Quand il se rendit compte qu’on lui posait une question, il bredouilla :
- Heu…, non… pas du tout, … Vous… pouvez rester ici.

C’était un vrai miracle, la fille qu’il trouvait si belle il y a quelques minutes de ça se tenait devant lui. Les deux jeunes filles s’assirent sur la banquette en face de la sienne et celle qui avait parlé depuis le début lança la discussion.
- Moi c’est Tifa, dit-elle. Et elle, c’est ma meilleure amie Yuna. On se connaît depuis toutes petites.
- Moi c’est Arguei, dit le jeune homme sans quitter Yuna des yeux.


Se rendant compte que son regard pouvait être gênant, Arguei se détourna et reporta son regard sur les derniers arrivants qui se présentaient devant le grand homme chauve. Il sentait le regard de la jeune fille qui se portait toujours sur lui. Il savait qu’il était en train de rougir. Tifa repris alors :
- Alors Yuna, tu es prête ? C’est le grand jour.
- J’ai un peu peur, avoua Yuna. Je ne connais pas grand chose aux Jedis. Je sais que la plupart de ceux qui sont à l’Académie de Tréno ont déjà une certaine expérience dans le domaine. Même toi tu en sais plus que moi.
- Ne t’inquiète pas, je t’aiderais, répondit Tifa avec compassion.


"Je ne suis pas tout seul à ne rien savoir, pensa Arguei. Mais moi, personne ne m’aidera, je ne connais personne."

Tifa se tourna alors vers Arguei, comme si elle avait compris ce qu’il pensait.
- Tu es comme Yuna toi aussi, n’est ce pas ?
- C’est vrai, dit Arguei, moi tout ce que je connais des Jedi, c’est les rumeurs que j’ai entendues dans les rues.


Yuna s’adressa pour la première fois directement à Arguei et lui dit :
- Ca me soulage de savoir que je ne suis pas la seule à ne rien savoir. Tu as l’air sympa comme garçon, ça te dit qu’on soit ami tous les trois ? On pourrait s’entraider ?
- Bien sur, dit Arguei, content de se faire des amis.

A ce moment là, la porte du compartiment s’ouvrit et un jeune garçon aux cheveux tout aussi blanc que ceux de Tifa étaient noirs, passa sa tête pour voir qui il y avait.
- Tiens, c’est le coin des ringards ici ?

Tifa qui n’avait pas sa langue dans sa poche se leva et dit :
- Dégage si tu ne veux pas avoir affaire à moi. Pauvre crétin.
- Parce que tu crois que tu me fais peur gamine ? Tu ne m’arrives même pas à ma cheville. Le jour où une fille pourra battre le grand Séphiros, je mangerais ma cape.
- Espèce d’abruti, dit Yuna plus fort qu’elle ne l’aurait voulu.


Dernière édition par Maitre Arguei le Lun 9 Juin - 23:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forum-du-cid.com
Maitre Arguei
Maitre du Conseil
Maitre du Conseil
avatar

Nombre de messages : 22574
Age : 30
Date d'inscription : 10/06/2006

Feuille de personnage

Nom: Vincent Valentine

Jauge de vie:
45/60  (45/60)

Jauge de force:
2/10  (2/10)

MessageSujet: Re: 1. Une arrivée mouvementée   Ven 4 Jan - 19:12

Séphiros rentra alors complètement dans le compartiment et s’apprêta à frapper Yuna, mais sans que personne comprenne comment, Arguei se retrouva entre Yuna et Séphiros, le poing de Séphiros dans sa main. Il l’avait empêché de frapper sa nouvelle amie. Arguei ne compris pas tout de suite ce qu’il faisait. Puis, il finit par se ressaisir et dit au garçon :
- Je crois qu’on t’a demandé de partir. Il n’y a plus de place ici.

Séphiros, un peu dépité quitta le compartiment, laissant les trois amis seuls. Arguei se rassit, et c’est seulement après quelques minutes que Yuna prit enfin la parole :
- Merci Arguei. Comment as-tu fais ça ?
- Je ne sais pas, répondit le jeune homme. C’est la deuxième fois qu’une chose comme ça m’arrive. En tout cas, je ne regrette rien, pour moi, l’amitié est quelque chose de plus précieux que ma propre vie, et je ne laisserais jamais personne faire du mal à mes amis.
- On a de la chance, dit alors Tifa d’un ton moqueur.


A ce moment là, ils sentirent une secousse, le vaisseau s’apprêtait à décoller. Ils entendirent alors une voix dans les hauts parleurs.
- Bonjour, je suis Reno Cid, et je suis le commandant de ce vaisseau. Nous allons décoller d’une minute à l’autre. Je vous souhaite un bon voyage à bord de l’Ebawn, croiseur de l’Académie de Tréno.

Les trois enfants passèrent une grande partie de la matinée à discuter de leur vie, et de leurs rêves pour l’avenir. Ils parlèrent aussi de l’Académie (enfin, surtout Tifa qui en savait plus que les deux autres). Ils parlèrent tant et si bien qu’ils ne virent pas le temps passer. Midi était déjà arrivé, et l’heure de manger aussi. Ils entendirent alors dans le couloir une sorte de grincement régulier. Quelqu’un frappa alors à la porte du compartiment. Une vieille dame passa alors sa tête entre les deux battants de la porte.
- Bonjour les enfants, vous voulez manger quelque chose ?

Tous trois avaient très faim, et ils ne refusèrent pas la proposition de la femme. Elle entra alors dans le compartiment poussant un chariot devant elle. Il y avait toute sorte de nourriture, allant de la barre chocolatée, à toutes sortes de plats qui paraissaient délicieux. Arguei prit un gros morceau de poulet comme il n’en avait jamais vu et une bonne portion de frites. Les filles quand à elles prirent des brochettes et des champignons. Ils remercièrent alors la vieille femme qui les laissa savourer leur repas.
Ils mirent tant de cœur à manger qu’ils ne parlèrent pas tout au long du repas. Une fois qu’ils eurent terminés, ils reprirent leurs discussions.
Arguei regarda alors par la fenêtre pour observer où ils se trouvaient. Il ne s’était pas rendu compte qu’ils se trouvaient dans l’espace. Ils étaient déjà à des milliers de kilomètres de Yanoc. C’était la première fois qu’Arguei quittait sa planète natale. Il ressentit un pincement au cœur. Ils allaient à une vitesse impressionnante, et les étoiles défilaient sans cesse devant ses yeux ébahis. Bientôt, ils entendirent à nouveaux les haut-parleurs, mais cette fois, ce fut une femme qui prit la parole.
- Afin de vous rendre le voyage le plus agréable possible, nous allons passer par une petite planète pour que vous puissiez admirer le paysage et prendre l’aire sur la terrasse de l’Ebawn.
- Bizarre, remarqua Tifa, en général, l’Ebawn ne fait jamais de détour pour aller à l’Académie.
- Comment sais-tu tout ça, demanda Arguei.
- Son père est le directeur de l’Académie, expliqua Yuna. C’est pour ça qu’elle sait si bien comment se passe les choses là-bas.


Alors qu’ils finissaient leur discussion, le vaisseau était déjà rentré dans l’atmosphère de la planète. Tifa se leva d’un bond et prit son amie par la main.
- Venez, dit-elle. Il y a une vue imprenable du toit du vaisseau, il ne faut pas rater ça.

Yuna, forcée de suivre son amie fit signe à Arguei pour qu’il les suive. Ils sortirent alors dans le couloir. Il était plein de monde mais ils réussirent se faufiler tant bien que mal. Ils arrivèrent alors dans le grand hall.
- On a de la chance, dit Tifa, les autres ne savent pas exactement comment accéder au toit, on aura une bonne place pour observer le paysage.

En effet, ils étaient pour le moment les seuls à monter les escaliers menant au toit du croiseur. Mais ils furent bientôt rattrapés par quelqu’un qui les doubla, bousculant Arguei sans s’excuser. C’était Séphiros. Tifa faillit dire quelque chose, mais Yuna lui marcha sur le pied pour la forcer à se taire. En montant les escaliers, ils virent une porte entre ouverte. Deux hommes avaient l’aire de se disputer. Les enfants ralentirent alors l’allure pour écouter ce qui se disait.
- Commandant ! Pourquoi ce détour ? Ca va nous faire perdre au moins 2 heures.
- Pas si fort Barret, je ne veux pas que les enfants entendent. L’Académie m’a prévenue que des Siths voulaient nous tendre une embuscade, apparemment, ils ne veulent pas que la nouvelle génération de Jedi atteigne Tréno. On va nous envoyer des renforts pour nous escorter, et le point de rendez-vous est cette planète.
- Mais c’est tout de même risqué de quitter l’itinéraire initial, nous n’avons pas les forces nécessaires pour faire front à une attaque. Cette planète est désertique, et nous risquons gros si on se fait attaquer, reprit l’homme chauve.


Les enfants, ne voulant pas se faire remarquer ne s’attardèrent pas plus longtemps devant le bureau du commandant. Arguei voulu poser une question, mais Tifa lui fit "chut !", et ils continuèrent de monter pour rejoindre le toit de l’Ebawn.
- De quoi parlaient-ils ? demanda Arguei qui ne comprenait pas.
- Apparemment, des Siths veulent nous attaquer pour nous empêcher de rejoindre l’Académie, expliqua Tifa. Ce n’était encore jamais arrivé.
- Mais on est en sécurité ici ? demanda Yuna qui commençait à avoir peur.
- Oui, je pense. En plus, on va nous envoyer des renforts, donc ça devrait aller. Ne pense plus à ça et profite de la vue, dit Tifa pour réconforter son ami.


La vue était magnifique. Arguei avait rarement vu quelque chose d’aussi beau. Le ciel était aussi bleu que l’océan qu’ils étaient en train de survoler. Des oiseaux qu’il n’avait vus qu’en rêves les escortaient. Mais bientôt, quelque chose, ou plutôt quelqu’un vint troubler cette paix dans laquelle ils se trouvaient.
- Alors les ringards, on observe le paysage ? Normalement, vous le reverrez vite quand ils se seront rendus compte à l’académie que vous n’y avez pas votre place et qu’ils vous renverront par le vol de retour.

Cette fois ci, Yuna n’eu pas le temps de retenir Tifa et elle s’approcha à quelques centimètres du visage de Séphiros en lui disant :
- Continu comme ça, et je te fou un coup de boule que tu n’es pas près d’oublier.

Séphiros allait répliquer quand une grande secousse ébranla le vaisseau et fit tomber Yuna par terre.
- Que ce passe-t-il ? demanda Arguei tout en aidant son amie à se relever.

Une alarme se fit alors entendre dans tout le vaisseau. Un vaisseau plus petit que l’Ebawn se mit alors en stationnaire au dessus d’eux et la porte de son hangar s’ouvrit. Tout à coup, cinq hommes encagoulés sautèrent devant les enfants. Ils sortirent alors des sabres lasers rouges et menacèrent les jeunes gens.
Arguei se mit devant Yuna pour la protéger, et Tifa, toujours directe dit :
- Qu’est ce que vous foutez là sales Siths ?

De toute évidence, elle n’avait pas peur d’eux et était même prête à se battre. L’un des Siths prit alors la parole :
- Et bien morveuse, tu es pressé de mourir alors que tu n’es même pas encore une Jedi ? Je pense que je vais d’abord tuer tes amis, et ensuite te torturer. Qu’en pensez-vous les gars ?

Pour toute réponse, les autres Siths éclatèrent de rire. Le Sith qui avait pris la parole fut alors projeté en arrière, s’écrasant contre la rambarde.
- Ce n’est pas parce qu’on n’est pas encore Jedi qu’il faut nous sous estimer, dit alors Séphiros baissant le bras.

Les autres Siths lui sautèrent alors dessus pour l’attaquer. Il esquiva tous les coups, en rendant même plusieurs par la seule force de ses points. Pendant ce temps, un autre Sith était descendu se joindre à la bataille et s’était faufilé derrière Yuna pour prendre les enfants par surprise. Mais Arguei le vit et pivota pour faire face au nouvel arrivant. Celui-ci lui donna un grand coup de point qui le fit voler à plusieurs mètres. Il atterrit lourdement sur le sol. Yuna se retrouva seule, face au Sith, Tifa et Séphiros étant en plein combat contre les autres. Elle poussa alors un cri qui déchira l’aire quand le Sith s’approcha d’elle. A ce moment là, un grand froid se fit sentir. La glace commença à recouvrir le sol autour de Yuna et du Sith. Puis une femme d’un bleu glacé apparut de nulle part entre la jeune fille et son assaillant. Le Sith s’arrêta alors, ne sachant pas à quoi il avait affaire. Se fut une grave erreur. La femme de glace profita que sa garde était baissée pour lui envoyer une pique de glace en plein cœur, transperçant l’homme et l’emportant par-dessus bord. Dès que son œuvre fut accomplie, elle disparut, et la chaleur revint peu à peu.
Les autres ne s’en sortaient pas trop mal eux aussi : Tifa avait réussi à assommer un Sith, et Séphiros ne cessait d’esquiver les attaques répétées avec une facilité déconcertante. A ce moment là, six chasseurs arrivèrent et commencèrent à tirer sur le vaisseau qui se trouvait toujours au dessus de l’Ebawn. Celui-ci fut bien obligé de quitter sa position, mais il fut pris en chasse et abattu un peu plus loin. Au même instant, Barret apparu sur le toit et sortit son sabre de couleur verte pour aider les enfants, et très vite, trois autres Jedis vinrent l’aider. Les Siths furent rapidement maîtrisés par les Jedis, et le calme revint sur le vaisseau.
- Tout va bien Mademoiselle Tifa ? demanda Barret.
- Oui, Georges, merci, répondit la jeune fille d’un ton qui montrait qu’elle connaissait bien le vieil homme et qu’elle l’aimait beaucoup.


Arguei se releva avec difficultés, il avait la tête en sang. Yuna se dépêcha de le rejoindre pour l’aider à marcher. Elle le conduisit auprès de Barret qui vérifiait si tous les Siths étaient bien neutralisés.
- Vous pouvez le soigner ? demanda-t-elle d’une petite voix inquiète.
- Ne t’en fait pas, c’est n’est pas trop grave, répondit Barret d’un ton rassurant après avoir examiné la blessure.


Il plaqua alors la paume de sa main contre le front d’Arguei et une petite lumière bleutée apparut. Deux secondes après, la plaie sur son visage s’était refermée. Le jeune homme repris vite des couleurs. Il s’essuya alors le visage avec un mouchoir pour nettoyer le sang qui commençait à sécher. Yuna regarda Barret bouche bé.
- C’est des tarés ces types, intervint alors Séphiros la lèvre en sang. Pourquoi ils nous ont attaqués ?
- Vous venez de participer à l’un des nombreux conflits qui jalonnent la vie des Jedis. Depuis que ces deux ordres sont apparus, ils se sont voué une haine sans merci. En général, on fait tout pour tenir les nouvelles recrues loin de ces conflits, mais il semblerait que pour ce coup, les Siths aient voulu supprimer la nouvelle génération à tout prix. Heureusement, nous avons été prévenus, on a demandé des renforts et tout c’est bien terminé. Maintenant, profitez du voyage, on ne devrait plus avoir de problèmes.


Il tourna alors les talons et s’apprêtait à quitter le toit quand Tifa parla :
- C’est tout ? Même pas un remerciement pour avoir sauvé tout le monde ?

Le vieil homme répondit sans se retourner :
- Vous n’avez fait que votre devoir. Un Jedi n’a pas à attendre de remerciement pour ses actions. Cependant, -il fit une petite pause- il est vrai que vous avez été étonnant, et j’en ferais part au directeur à notre arrivée.

Il repartit alors. Personne ne s’était rendu compte de ce qui s’était passé, mais comme partout, les rumeurs couraient vite.
Rapidement, la passerelle fut pleine de monde. Séphiros avait déjà disparu profitant de l’agitation qui régnait. Les conversations étaient diverses, mais un sujet revenait :
- Tu as entendu ce que Bob a dit ? demanda un jeune garçon blond à son copain. Il y a des Siths qui ont attaqué. Il y en avait au moins 3000 et ils ont tous été tués par quatre nouveaux.
- Impossible, dit l’autre, on aurait été tenu au courant je pense.


Le reste du voyage se fit sans encombre. Après une demi-heure, le vaisseau retourna dans l’espace.
Au bout de trois heures, ils arrivèrent enfin en vue d’une grande planète toute verte.
- Voilà, dit Tifa qui regardait à travers la vitre. Nous sommes arrivés.

Il y eu un moment de silence alors que tout le monde admirait la planète.
- C’est la première fois que je vois une planète aussi verte, remarqua Yuna.
- Elle est recouverte de végétation, expliqua Tifa.


Pendant que les filles discutaient, Arguei ne quittait pas la planète du regard.
- C’est donc ici que je vais passer une partie de ma vie, pensa-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forum-du-cid.com
 
1. Une arrivée mouvementée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP]L'arrivée
» Arrivée précipitée
» Question sur l'équipement eau arrivée au niveau 11X
» l'arrivée des prophete charnel
» [Comics] VF des BD Bionicle : L'arrivée des Kali N°10

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du CID :: ~~ Zanarkand ~~ :: L'histoire du CID :: La Genèse du CID-
Sauter vers: